Plafond du livret A

Produit d’épargne, le livret A constitue l’un des placements privilégiés des français. En témoignent les chiffres publiés affichant que 3 français sur 4 disposent de ce compte, soit l’équivalent de quelques 60 millions de français. L’encours global s’élève, quant à lui, à 204.3 milliards d’euros.

le plafond du livret A en FranceCe livret d’épargne génère des intérêts, bénéficie de conditions fiscales avantageuses et n’est soumis à aucun prélèvement social. Le livret A est destiné aussi bien aux particuliers qu’aux professionnels et associations. Sa souscription est gratuite auprès des banques privées et virtuelles françaises depuis 2009, alors qu’elle était strictement réservée à la caisse d’épargne, au crédit mutuel et à la poste.  En tout cas, le rendement du livret A est parmi les plus sûrs de la place financière française.

Conditions de souscription et fonctionnement

En dépit de l’intérêt grandissant accordé à ce produit d’épargne, bon nombre de restrictions le caractérisent.  Ainsi, le livret A est ouvert uniquement aux personnes résidentes en France, de tous âges. Le nombre de livrets A ne peut dépasser un, pour chaque souscripteur. Sa rémunération, 1,25%, est net d’impôt, c’est à dire que vous ne paierez pas d’impôt sur le revenu sur les intérêts générés.

L’ouverture d’un compte d’épargne livret A se fait à un montant minimum de 10 euros, excepté la banque postale où ce montant est estimé à seulement 1,5 euros. Aucun versement mensuel n’est, par ailleurs, exigé. Des virements automatiques sont possibles entre le compte courant du bénéficiaire et son compte d’épargne. Une fois le plafond fixé est atteint, le demandeur ne peut ouvrir un autre livret A.

La procédure de clôture du livret A est valable via un simple courrier postale à la banque. L’opération est entièrement gratuite.

Plafond du livret A

Au fil des années, le plafond du livret A ne cesse d’évoluer. Actuellement, il est estimé à 19125 euros hors capitalisation des intérêts, appliqué depuis le 1er février 2008, pour les particuliers et à 76500 euros pour les institutions de coopération, les organismes de bienfaisance et les sociétés mutualistes. Aucun plafond n’est exigé, par contre, pour les organismes du logement social. Ci-après un tableau mentionnant son évolution dans le temps :

A compter du

Plafond en euros

9 aout 1969

3049 euros

1er juillet 1973

3430 euros

1er janvier 1974

3811 euros

1er janvier 1976

4955 euros

15 novembre 1977

5793 euros

1er septembre 1978

6250 euros

27 novembre 1980

6860 euros

1er novembre 1980

7470 euros

2 avril 1983

8842 euros

15 juin 1984

10 367 euros

31 mai 1986

10 976 euros

30 juin 1987

12 196 euros

1er mai 1990

13 720 euros

30 octobre 1991

15 245 euros

1er janvier 2002

15 300 euros

1er octobre 2012

19 125 euros

1er janvier 2013

22 950 euros